samedi 29 novembre 2014

Ferguson, c'est KKKatastrophe !

Source image
Combien vaut la vie d'un blackos aux États-Unis ? Le prix d'une bastos ?... Vu le nombre de prunes que le pauvre gars de Ferguson a reçu dans le buffet c'est la déflation. A ce rythme, les poulardins vont être obligés de revoir à la hausse le budget munition. 
Parce que la loi du dominant est ainsi faite chez l'Oncle Sam le cogne canardeur a été blanchi au terme d'une enquête rondement menée, ce qui dans le genre, n'est ni nouveau, ni sur le point de s'arrêter du jour au lendemain. Le barouf déclenché par ce déni de justice est tel que l'armée a été dépêchée sur les lieux et son dispositif renforcé : plus de 2 000 militaires, ajoutés aux effectifs de la police locale, dans un bled de 21 000 habitants ! On n'arrête pas une machine à broyer quand elle est lancée. Malgré colère et contestations violentes de personnes... civilisées, sentant la menace d'un retour de la peste dite brune, sachant d'expérience que cette dernière n'a qu'une couleur, la sienne, les américains découvrent chez eux ce que leur pays pratique impunément partout depuis qu'il a pris à son compte les affaires du monde. 
Rien de nouveau à l'Ouest de l'empire conquérant (blanc, quelle blague !), la « race supérieure », notre honte et nos regrets, qui, pour atteindre le sommet de sa gloire et répandre sur la planète sa suprématie n'a pas hésité à s'approprier un pays et à décimer des millions d'indiens, la conscience aussi tranquille que celle du tâcheron des abattoirs zigouillant de la dinde pour les fêtes de fin d'année. 
Cela est toujours ainsi quand l'Amérique choisit une cible et jette son dévolu sur un bien à rapiner. Portant la « parole de Dieu » et autres mythes fondateurs par le fer et la manipulation auprès de ceux qu'elle considère comme inférieurs, surtout lorsque le territoire de ces « inférieurs » est riche de ce qu'elle ne possède pas ou peu : l'or, le diamant, le cuivre, le pétrole, l'uranium et jusque l'âme d'humains qui ont la malchance d'avoir une autre culture, une couleur de peau différente, mais pas moins le droit de respirer un oxygène commun à tous, ce dont elle n'en a cure !
Noirs, indiens, frisés, métèques, l'esprit et la lettre du triple K reste la valeur de référence au pays de John Wayne et de Gary Cooper, des ranchs aux prairies à l'herbe grasse et de la balle à papa, où, le soir venu, par temps clair, juché sur son alezan, ou dans son 4x4 aux vitres teintées, le descendant entend craquer sous les sabots, ou sous les pneus, les ossements des peuples indiens exterminés. Quelle importance, puisque ces sauvages n'avaient pas les bonnes manières, pas plus que ces sales esclaves noirs importés d'Afrique à vil prix pour faire d'une bande de malfrats la puissance qui écrase le monde et que l'Europe dirigeante, cette pute protéiforme, nous impose progressivement comme modèle !

11 commentaires:

  1. Bonjour les caillasseux-ses. Rien de bien nouveau à l'ouest !

    RépondreSupprimer
  2. Sââââlut depuis chez les descendants ! J'attendais l'arrivée de la fournée matinale, étant encore le seul debout. J'avais déposé mon p'tit truc hier, avant de partir. Tous nous sommes tellement heureux grâce à not' bon maître tonton Sam, prince de sang et empereur du Kar'Naj. On s'étonne ensuite, que son Totem soit le Pygargue à Tête Blanche, un vautour de plus, quoi.

    Là-dessus, çà sent le sapin : ce soir on monte celui qui servira dans.... éh éh éh... moins d'un mois maintenant ! D'autant que le petit dernier jouera la Générale deux jours avant, pour ses deux ans. Le 23 au soir ! Quant à son oncle, il attendra le 25 en début d'après-midi pour changer de millésime. Période chhhhhhhargée !

    Salut les caillasseux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Jean-Claude. Ben, touça,touça, au minot !

      Supprimer
  3. Les Massaïs vont être délogés de leur terres pour faire un grand terrain de chasse pour les riches.

    RépondreSupprimer
  4. http://www.lesoir.be/718579/article/actualite/monde/2014-11-27/un-enfant-12-ans-tue-par-un-policier-inexperimente-aux-etats-unis-video-accablan :-(

    RépondreSupprimer
  5. nous sommes sur les mêmes mauvaises longueurs d'ondes !

    RépondreSupprimer
  6. Oui, c'est reparti dur de dur aux States, KKK le retour... : cette société fondée sur l'individualisme du tous contre tous, tous armés, est de pire en pire à la dérive, et ce sont bien sûr les non-yankee, indiens, latinos et blacks qui trinquent MAIS toujours font tête : c'est loin d'être fini!

    RépondreSupprimer
  7. VAL (Véritable Artisane Libre)29 novembre 2014 à 15:41

    hello les caillaisseuses et eux !!! A quel malheur j'ai lu l'article hier sur les brins en Ragés !!! Il faut savoir aussi qu'il y a au moins un black par semaine qui se fait buter (là c'est pas ebola c'est cacaca), donc mini 4 par mois, faites le calcul. L'esclavage c'est fini mais la tuerie ça Oui !!! C'est terrorifiant. bises Bon WE

    RépondreSupprimer
  8. Howard Zinn, auteur de "Histoire populaire des États-Unis" :
    "(...)Personne ne nous a parlé du coût humain de ce grand progrès industriel : du fait que la gigantesque production de coton reposait sur le travail d’esclaves noirs ; que l’industrie textile s’est développée grâce au travail de fillettes qui entraient à l’usine à 12 ans et mourraient à 25 ; que les voies ferrées furent construites par des immigrés irlandais et chinois que l’on tua littéralement au travail, dans la chaleur de l’été et le froid de l’hiver ; que les travailleurs, immigrés et natifs, durent se mettre en grève, se faire tabasser par la police et enfermer par la garde nationale avant d’obtenir la journée de huit heures ; que les enfants de la classe ouvrière, dans des quartiers misérables, devaient boire de l’eau polluée et mourraient en bas-âge de malnutrition et de maladies. Tout ceci au nom du « progrès ».

    En France aussi on parle bien peu du coût humain du ''sacré progrès" : il faut attendre une "bavure" comme l'assassinat de Rémi Fraise pour, un temps, y songer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Second extrait du même Howard Zinn :
      En Amérique du Nord, les colons britanniques furent stupéfaits de la démocratie qui avait cours chez les Iroquois – qui occupaient l’essentiel des états de New York et de Pennsylvanie. Gary Nash, historien américain, décrit la culture de ces indiens: « Ni lois, ni décrets, shérifs ou policiers, juges ou jurés – avant l’arrivée des européens, dans les régions boisées du Nord-Est, on ne retrouvait aucun des instruments de l’autorité propres aux sociétés européennes. Pourtant, les limites du comportement acceptable étaient fermement établies. Tout en mettant fièrement en avant l’autonomie individuelle, les Iroquois maintenaient un ordre moral stricte… »

      (j'ai piqué ces extraits de ''Brins d'herbes..." qui l'a piqué du "Quatrième Singe" !
      Tiens à propos de piquer dans l'assiette, faudrait que pense à la remplir ! bonne soirée!)

      Supprimer
  9. la soeur de Rémi Fraisse écrit à Madme Taubira, à propos de Ferguson...

    http://m.saphirnews.com/De-Ferguson-a-Paris-Christiane-Taubira-une-indignation-a-geographie-variable_a20031.html

    RépondreSupprimer