vendredi 11 novembre 2016

11 novembre

Putain de guerre - Tardi
A deux pas de chez moi, entouré d’un quartier résidentiel, où les oiseaux demandent la permission de vocaliser, est érigé un mémorial, ouvrage réalisé pour célébrer le souvenir des enfants du pays expédiés à l’abattoir, lors des deux « grandes guerres », parce que telle était et demeure la volonté des Etats aux ordres de la finance mondiale. Il y a deux ou trois jours, un employé communal karcherisait le granit pour lui donner le lustre de circonstance. Je n’ai pas pu retenir un sentiment de dégoût en pensant à ce mot de Romain Rolland : « La guerre est le fruit de la faiblesse des peuples et de leur stupidité ».
Les rupins déclenchent les guerres – souvent quand la situation sociale est explosive et le risque de révolution avéré –, organisent des campagnes de propagande haineuse, expédiant par millions de la chair à mitraille sur tous les fronts et, une fois le « ménage » terminé, les peuples comptent les morts, maudissant le frère des pays voisins, qu’ils tiennent pour responsable de l’horreur. Roule frénétique petit tambour !
Aujourd’hui, devant une foule nourrie à l'aliment pour bétaille, on glorifie les quelques survivants, évoquant les clamecés pour rien, mais on célèbre surtout un acte criminel majeur, sous le regard des grandes familles qui l’ont commandité.
A l’ombre des drapeaux nationaux, on dépose des gerbes sur la tombe du soldat inconnu, on se recueille, on ravive la flamme, on entretient les crimes passés pour alimenter les prochaines boucheries !
« Tant que le caprice de quelques hommes fera loyalement égorger des milliers de nos frères, la partie du genre humain consacrée à l’héroïsme sera ce qu’il y a de plus affreux dans la nature entière », écrivait Voltaire.

Sur le sujet, chez le Cénobite : Maudite soit la guerre...


Sous l'casque d'Erby


11 commentaires:

  1. Le bonjour aux caillardeuses et aux caillouteux.
    « L'humanité ne sera heureuse que le jour où le dernier bureaucrate aura été pendu avec les tripes du dernier capitaliste » !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... et aux branches de la croix du dernier cureton !

      Supprimer
  2. Onze novembre. Une journée marquée de noir par les corbeaux. Une journée dont le souvenir ne peut être dépassé que par celui du 9 mai 1945 (oui, j'ai bien dit 9 mai). Quand des dizaines de millions d'innocents jonchent le sol de leurs pauvres membres désarticulés et rougis, des capitalistes sablent le champagne. Particularité, ces capitalistes sont le plus souvent les mêmes, ou leurs fils soumis et contents. De nos jours, ce sont les mêmes qui se gobergent ainsi.

    Et ceux qui ont refusé d'aller ainsi verser leur vie pour les beaux mécréants couronnés ? Hélas, sur ordre des Grands, ils sont branchés proprement à quelque sycomore....

    Mais leur sang hurle jusqu'à la fin des temps, porté par leur progéniture réelle ou putative, parce que les indignations NE MEURENT JAMAIS. D'ailleurs les Grands n'ont JAMAIS su qui a hurlé le vrai cri des PETITS.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ni plus ni moins, Jean-Claude. Viens d'ajouter au pied de l'article, sur le même sujet, un lien sur celui du Cénobite tranquille.

      Supprimer
  3. https://rannemarie.wordpress.com/2016/11/05/mwert-po-lpatreye/

    RépondreSupprimer
  4. Il y a une video d'une heure: "Tardi et la grande guerre" que je (Rém*) trouve excellente ! :
    https://www.youtube.com/watch?v=qYEI1Cn5zB0

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (du même anonyme...)

      La Marseillaise des requins - Gaston Couté

      Allez ! petits soldats de France
      Le jour des poir's est arrivé.
      Pour servir la Haute Finance
      Allez vous en là-bas crever !
      Allez vous en là-bas crever!
      Tandis qu'au cœur de la fournaise
      Vous tomb'rez, une balle au front,
      De nos combin's nous causerons
      En fredonnant la " Marseillaise " !

      extrait de : htthttp://zgur.20minutes-blogs.fr/archive/2010/11/10/en-ce-11-novembre-ayons-une-pensee-pour-gaston-coute-qui-dan.

      Supprimer
    2. erreur sur l'intitulé du lien : voilà le bon

      http://zgur.20minutes-blogs.fr/archive/2010/11/10/en-ce-11-novembre-ayons-une-pensee-pour-gaston-coute-qui-dan.html

      Supprimer
  5. Pas le temps ce soir de répondre à tous les commentaire. J'ai juste ajouté la vidéo sur Tardi (colonne de droite) proposée par Rémi. Je la regarderai demain aux aurores, mais je fais confiance à Rem* sur le sujet. Quant à Gaston Couté, vingt dieux que je l'aime ce gars-là...
    La bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  6. Comme disait Anatole France : «On croit mourir pour la patrie : on meurt pour des industriels.»

    RépondreSupprimer