mercredi 3 mai 2017

La peste, c'est quoi ?

ERBY
« La vie est un brouillon qu’on ne mettra jamais au propre »

La Bobosphère est en feu. Les chaudières tournent à plein régime dans les lofts, aussi bien que dans les taupinières. L’Amazonie est en panne de forêts pour alimenter les foyers.
Au printemps c’est l’’hiver et ce n’est pas beau à voir au pays des Kons-k’on-gère. Ne mettez pas le nez à la fenêtre, vous y attraperiez la mort en respirant la bouffée fétide portée par le vent mauvais des petits arrangements entre amis.
Dimanche prochain, un froid polaire risque de prendre à revers l’Hexagonie, le pays des Lumières, soudain plongé dans les ténèbres. Impensable ! Nous avons eu Vichy 1, pas question de se prendre de plein fouet Vichy 2 ! En avons-nous, mâles et femelles hexagonaux, ce qu’il faut, là où il le faut, pour parer l’urgence ? La Haute l’a bien compris, la Basse s’y plie, à grands coups de chtouille et de peste brune !
NO PASARAN !
Le pays des bobos fait et fera tout pour empêcher le « pire », même si celui-ci exsude déjà dans nos paddocks ! Aurions-nous affaire à un viol collectif par consentement mutuel ?... Ne nous hasardons pas à l’exprimer trop fortement, car nous risquons la déchéance citoyenne, et, pourquoi pas aussi, pendant qu’on y est, le droit à la tonte, comme cela s'est pratiqué à la Libération, 
Pas plus tard que tout à l’heure, la petite bande de salopards du milieu pipole et d’ailleurs, salonnards sans foi ni loi, forts en buzz, ayant des petits intérêts à défendre, dénonçait avec une vigueur zapatiste la mascarade électorale que voici, lui trouvant désormais des charmes indiscutables ! Munissons-nous de pochons anti-vomis ! Ce beau monde a soudain trouvé le bon tempo pour, de concert, nous chanter « Le changement c’est dans longtemps. On s’habitue, c’est tout ! ».
Cela m’étrangle et m’émerveille. Je ne sais si je dois rire ou pleurer. Je pense au gars qui, dans « Les grands chemins » de Giono, « tripote son paquet de cartes comme s’il tirait sur un accordéon... le frappe, le pince, le soufflette, le caresse, l’étire et le referme, tirant chaque fois… la carte annoncée ». Magique ! Cela date de loin, mais c’est comme si c’était déjà demain.
Les salauds ont des masques, mais toujours le même visage.
Non, je ne voterai pas ! Et non, je ne suis pas facho !

Sous l’Casque d’Erby



16 commentaires:

  1. Bonsoir aux caillardeuses et aux caillouteux. La route est pavée de mauvaises intentions. Méfions-nous !

    RépondreSupprimer
  2. Salut gauloises, gaulois dans la plaine.

    Bien entendu, le vote facho, et de loin, serait celui pour le chéri des banques : je l'ai écrit dans des forums, et d'autres étaient d'accord. On trouve de nombreuses analogies, entre un homme inconnu, aux gestes bizarres, mis en avant par les banquiers US, prêt à utiliser les ordonnances pour éviter d'être bloqué par le parlement, et un homme inconnu, aux gestes bizarres, mis en avant par les banquiers US, prêt à utiliser les ordonnances pour éviter d'être bloqué par le parlement. A 85 ans d'écart, l'analogie est énorme, et fâcheuse.

    Faut-il, par son abstention ou son vote blanc, se contenter de faire comme le pasteur Niemeyer ? La question est brûlante.

    Nous vivons une période bascule, ne ratons pas ce moment-là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Quand les nazis sont venus chercher les communistes,
      je n’ai rien dit,
      je n’étais pas communiste.

      Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates,
      je n’ai rien dit,
      je n’étais pas social-démocrate.

      Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
      je n’ai rien dit,
      je n’étais pas syndicaliste.

      Quand ils sont venus me chercher,
      il ne restait plus personne
      pour protester. »
      C'est cet air que je déteste, parce qu'il sent trop FORT la magouille, par ces temps préfabriqués.

      Supprimer
  3. Ah, tiens, je viens de déposer un petit commentaire sur la dernière production de Pangloss : mais bien sûr il n'apparaîtra pas tout de suite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu, mais je reste (très) dubitatif sur les arguments développés par "Maître Pangloss".

      Supprimer
  4. Ah ce billet ! Qu'y ajouterais-je me disais-je? Rien qui vaille me répondis-je, (ce matin en tous

    cas car la nuit fut blanche ;-)...

    So je m'abstiens... mais je vote +++ :-)

    Odile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma nuit fut noire... car j'ai fait grève de radio (et n'ai pas de télé) hier, après les 2 ou 3 premières minutes du "duel" des pantins...
      A en entendre des extraits ce matin, j'ai rien loupé... et je suis plus que jamais déterminé à voter mon soutien à la grève générale de GUYANE... comme modèle à suivre ici ("Pou Lafranz Dékolé" en créole de là-bas, appellation non contrôlée.

      Supprimer
    2. Merci Odile. Article de conviction, certes, mais sans aucune prise dans le délire ambiant. La bise.

      Supprimer
    3. @ Rémi. En Guyanne que je soutiens de tout coeur, c'est de la revendication qu'il est question, pas de la Sociale, hélas ! Trois fois hélas, le Pouvoir est à Paris, larbin de la Haute Finance... C'est pas gagné. Noir c'est noir.

      Supprimer
    4. OK,elle est loin la Guyane... mais il s'y passe deux choses du pouvoir d'État-Capital France :
      1- Ariane, fleuron du cocorico (avec Superphénix, NDDL et autres scandaleux projets)...
      2- L'Or, avec le méga-projet Macron (+ business russe) de criminelle exploitation en forêt...
      DONC, société à deux vitesses et combats qui, au delà de revendications syndicales, posent le VRAI problème, COLONIAL, du pays assujetti...et de son peuple méprisé racistement même.
      JE PARIE que la Guyane va venir très très vite à la une de l'actualité française, comme l'Algérie à partir de novembre 1954!

      Supprimer
  5. Voilà. J'ai écrit un article, qui risque d'être mis en ligne à 20 heures précises demain dimanche. Pourquoi attendre ?

    J'aurais bien aimé ne pas avoir eu à l'écrire, mais....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hâte de découvrir ça, Jean-Claude.

      Supprimer
  6. Je viens de publier, sans savoir que vous aviez fait référence à la vigueur zapatiste dénonçant... Tout... Dans cet article. Tenez, en plus de l'Abécédaire du Subcomandante Insurgente Marcos ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/05/06/paroles-zapatistes-dhier-et-daujourdhui/ qui claque à nos cœurs et à nos oreilles, j'ai bien entendu intégré, le PDF de la 6ème déclaration zapatiste de la forêt de Lacandon (vu que c'est mézigue qui l'a fait pour R71 ;-) et avec un de ces plaisirs)dans lequel il est fait référence au discours de la servitude volontaire de M. de la Boétie. Y sont pas fous les Zapatistes... Et le dernier communiqué conjoint du CNI et de l'EZLN car il y a eut des morts, encore, dont tout le monde se fout... Comme celui de Berta Cáceres, au Honduras, l'an dernier commandité par les mêmes qui atteste que 40 ans plus tard, le Condor est toujours vivant ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/01/04/operation-condor-2-0/
    JBL1960

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Lien en clair : PAROLES ZAPATISTES D’HIER ET D’AUJOURD’HUI… Cela me ramène à la lecture de Ricardo Flores Magon, au Mexique, et de Rodolfo Gonzalez Pacheco en Argentine. Des vies au taquet. Une autre vie ? La même, voyons !
      Et c'est la nôtre aujourd'hui, et sans doute demain !

      Supprimer
  7. Preuve que les Zapatistes ont un humour mordant ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/27/adelante-subcomandante/ Parole d'une Sans dents ! Enfin, pas tout à fait, y m'en reste cakezunes, pas mal éparpillées quand même, contrairement à mon sans dents de mari (pour cause de maladie) et c'est un haut-gradé vu qu'il lui en reste plus une seule... JBL1960

    RépondreSupprimer